©

©

Peau et soleil : le vrai du faux

Faut-il croire tous les mythes liées à l’exposition solaire ?

Nous avons tous nos préjugés sur le soleil. Qu’il s’agisse de choses que nous avons entendues ou lues dans les magazines, nous pensons tout connaître de la protection solaire. Pourtant, certains mythes ont la dent dure… Pour bronzer sans danger cet été, apprenez à démêler le vrai du faux.

Mythe 1: Mon soin contient un indice SPF, je suis donc protégée du soleil

Certains soins pour la peau contiennent un indice de protection solaire, c’est le cas de certaines crèmes anti-âge ou CC cream qui filtrent les UVA longs et UVA/UVB courts. Pour autant, un produit solaire est indispensable pour la plage, puisque le soleil se réverbère plus fortement sur le sable et la mer, augmentant le risque de brûlures.

Mythe 2: Plus l’indice SPF est élevé, plus la peau est protégée

Pour bien choisir son indice de protection solaire, il faut prendre en considération son phototype (soit sa capacité à bronzer selon son type de peau). Contrairement aux préjugés, un indice 50 n’empêche pas de bronzer. En réalité, plus le filtre SPF est élevé, plus il protège sur la durée de l’exposition. Il y a donc moins de risque d’attraper un coup de soleil avec un indice fort.

Mythe 3: Faire des UV avant de partir diminue les risques de coup de soleil

Un bronzage obtenu via une cabine UV n’offre qu’une protection très limitée contre les coups de soleil. Plusieurs études ont même démontré leurs dangers pour la peau. Il est donc préférable de s’exposer quotidiennement sur une courte durée avant de partir en vacances afin d’augmenter progressivement la synthèse de vitamine D. Par ailleurs, les aliments riches en caroténoïdes permettent également de booster son hâle naturellement.

Mythe 4: Plus la peau est foncée, plus le risque de coup de soleil est faible

Parce qu’elles produisent davantage de mélanine, les peaux mates ou noires sont mieux protégées du soleil. En effet, ces dernières absorbent les rayons infrarouges, contrairement aux peaux claires qui les réfléchissent. Néanmoins, elles doivent se protéger contre le vieillissement cutané prématuré que peut provoquer une exposition solaire prolongée. Un indice 15 ou 10 sera alors préconisé.

Mythe 5: Vous êtes en sécurité quand vous êtes à l’ombre du soleil

Selon une étude menée par des chercheurs espagnols, 34 % des rayons ultraviolets parviennent jusqu’à notre peau alors même que nous nous trouvons sous un parasol. Et pour cause, sur la plage, l’indice de réverbération est fort : le sable renvoie en moyenne 15 % de rayonnement solaire, tandis que l’eau oscille entre 25 et 50 % selon sa transparence. Il est donc conseillé de se protéger même à l’ombre.

Mythe 6: Le soleil fait disparaître les boutons

Les peaux à tendances mixtes ou grasses le remarquent : l’acné à tendance à s’atténuer lorsqu’on s’expose au soleil. En réalité, le soleil assèche la peau, ce qui améliore son aspect sur le moment. Mais ce n’est qu’une illusion, car pour se protéger du soleil, la peau s’épaissit, ce qui tend à boucher les pores. Le sébum s’accumule alors sous la surface de la peau et les imperfections refont surface dès que l’exposition au soleil cesse. Pour éviter l’irruption de boutons à la rentrée, redoublez de vigilance en appliquant généreusement une crème solaire non grasse comme la Brume Solaire Dry Touch SFP50 de Biotherm.

Suivez nos conseils pour obtenir un joli bronzage sans risquer votre peau cet été.

more # Beauty

Vous aimerez aussi

Plus d' articles